• l'équipe beforgo
  • l'équipe beforgo
  • le 28 février 2017
Brésil

D’après le livre graphique RIO NOSSO

Il existe une ville dans le monde qui n’arrête jamais son carnaval, une ville à la joie de vivre contagieuse, une ville où la plage, le corps sont érigés en dieux !

Pour en savoir plus, Camille Lebon, co-auteure du livre graphique RIO NOSSO, va nous guider dans les bonheurs de la vie carioca.

Rio fut sa ville d’adoption pendant 3 ans. Elle a pu dépasser les clichés et toucher le coeur de cette cité. Elle y a rencontré Johanna, illustratrice, 6 mois après son arrivée. Leur  belle amitié a donné vie à ce livre, une mine d’informations et de réflexions. Rio mérite seule un voyage. Elle initie à la joie et à l’effervescence.

Un carnaval perpétuel

Le carnaval à Rio se prépare tout au long de l’année. Les écoles, dès la fin du défilé, commencent à répéter pour l’année suivante. C’est un fourmillement d’idées, de créations. Elles se visitent et des spectacles sont organisés pour apprécier la samba en dehors du Carnaval.

Camille nous raconte des jours et des jours de fêtes où seul l’épuisement arrivera à vous arrêter.

Le sambodrome, le défilé des meilleures écoles de samba, reste un incontournable malgré le prix et la rareté de ses places.

« Un des plus merveilleux spectacles qu’il m’ait été donné de voir » dixit Camille.

Après des mois de préparation, parés de leurs plus beaux habits de lumière, les danseurs se déchainent pour offrir au monde le meilleur d’eux-mêmes.

En marge du sambodrome, c’est le « bloc U di ru » le carnaval de rue.  Cela consiste à suivre un char sur une distance prédéfinie. Tout le monde suit et danse au rythme de la musique déversée par d’immenses enceintes dans une énergie folle et sans aucune limite. Au carnaval, tout a droit de se produire. Ce moment reste à part et se vit comme si c’était le dernier jour du monde.

En dehors de cette période qui va crescendo à partir de décembre, vous pourrez toujours profiter de la fête.

Le quartier de Lapa

Du mercredi au dimanche, on danse, on se rencontre autour de la cachaça, on joue les prolongations du carnaval dans le quartier de Lapa. ne cherchez pas, c’est là où il faut être.

Camille nous explique que la nuit festive commence à minuit et ne se termine jamais, tout comme le « saideira »ce dernier verre qui se remplit sans cesse.

Le bar da cacha est une de ces adresses mythiques à découvrir.

Il n’y a pas que la samba 

et que la bossa nova, bien que cette musique langoureuse est un véritable massage du cerveau. « En musique comme en danse, le Brésil n’a de cesse de se renouveler »

Rap, rock, forro, maracatu, danses de salon, Rio est le lieu idéal pour bouger son corps et apprendre sans cesse.

Camille nous informe qu’on peut payer moitié prix une place de concert si on vient avec un paquet de riz ou toute autre nourriture non périssable. On obtient ainsi un billet de solidarité et les denrées sont redonnées à des organismes de charité.

Profiter de la vie tout en faisant du bien. L’individualisme est beaucoup moins présent qu’en Europe.

Parler d’art de vivre c’est aussi parler de nourriture

Une cuisine métissée

Guarana, Açaï, crêpe de tapioca, chouchous, feijoada…autant de saveurs que de mélanges. Les influences viennent d’Afrique, d’Europe et d’Inde. la cuisine fusion d’Helena Rizzo et d’Alex Atala représente cette gastronomie haute en couleur.

Camille nous partage sa recette fétiche, le cake caïpirinha mélangeant citron vert, farine, beurre, sucre et cachaça…gourmand.

L’eau de coco que l’on boit à même sa noix et qui permet de nettoyer son corps en profondeur et de le désaltérer. Elle se boit surtout à la plage, l’endroit incontournable d’une vie carioca.

Praias e morros

les plages et les collines se mélangent à Rio. A Copacabana, Leblon, le culte du corps existe bel et bien. Mais c’est aussi sur les plages du bikini le moins couvrant qui soit, qu’on croise des femmes opulentes, bien dans leur peau. Peut-être les rares plages au monde où soudain on oublie ses bourrelets et on imite les belles en ondulant des hanches.

Haut lieu de socialisation, la plage fait partie intégrante de l’art de vivre.

« Aller à la plage, c’est aller au spectacle » nous dit Camille. Les nombreuses barracas, où tout un chacun peut louer chaises et parasol, permet de profiter de ce spectacle de longues heures durant.

Chaque plage a sa spécificité. L’une, Leme, va rassembler les familles, l’autre, Leblon, les aficionados du muscle et du tatouage. Guaratiba est l’endroit pour savourer un peu de calme d’espace.  A chacune sa tribu et ses codes.

Le 31 décembre, en plein été brésilien, la plage est envahie par des centaines de personnes habillées de blanc et venant fêter Iemanja, la déesse de la mer. On termine et commence l’année à la plage !

Sur les morros, des quartiers, un christ et le corcovado! La forêt tropicale, poumon vert incroyable, mange la ville au grand bonheur des promeneurs, jaugeurs et familles.

Etre belle et beau

Le corps s’entretient de façon quotidienne. Pédicure, manucure , coiffure, épilation, rien n’est oublié et vous en avez pour tous les budgets.  A chaque coin de rue, il est aisé de faire une manucure à la brésilienne. Une méthode assez surprenante qui consiste à recouvrir l’ongle et le doigt de vernis pour ensuite lui redonner une forme harmonieuse en effaçant le surplus. Elle est bon marché et drôlement efficace.

Ne cherchez pas des maillots couvrants, le minimaliste va rentrer dans votre vie.

Louez des vélos pour longer le bord de mer. Jouez au foot sur la plage. Votre corps vous remerciera.

Magnétique Rio

Bien sûr la vie à Rio ne s’arrête pas à ces clichés toutefois bien réels. Rio nosso, ce carnet de vies, montre le quotidien de tous les cariocas, des favelas aux centres commerciaux rutilants. Il dépeint une vie foisonnante, un univers passionné et passionnant dont les croquis grouillent d’énergie. Quelqu’il soit le carioca ne se laisse pas abattre, il sourit aux problèmes et aux grandes joies. Il vit ses émotions, il les exprime et son corps les exulte à travers la fête. Tout est démesuré au Brésil. Cet art de vivre est pétillant, dansant et chantant. Aller à Rio revient à se « vitaminer » le corps et l’âme.

Plongez-vous dans la lecture de cet ovni littéraire qui montre tout de Rio sans pudeur, ni inconfort. Un livre sur la vie qui donne envie d’embarquer dans le premier vol et d’embrasser le monde tel qu’il est.

Mes devis

Ma boutique services

 

Et vous, qu'en pensez-vous ?

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *